Samedi 28 juin 2014 à partir de 21h15 et jusqu'à 23h, dans le cadre de «SCREENWOOD», programme spécial nocturne (Château de La Ballue)

Fading #2

Sophie Laly

Conception : Sophie Laly

En partenariat avec Le Village, site d’expérimentation artistique

 

Durée et dimensions variables

Commande Extension sauvage, 2014

En anglais le mot fading implique une transformation et peut désigner quelque chose qui se décolore, qui s’estompe ou encore qui s’évanouit ou se fond. Fading est une installation vidéo pour paysage qui met en scène un paysage dans un autre paysage. Cette installation s’inscrit dans la suite logique des expérimentations de Sophie Laly liées aux paysages et à la manière de les donner à voir.

 

«Dans mon travail, le paysage a toujours le rôle de l’acteur principal. Agissant comme un personnage, il est le moteur d’un récit ou d’une réflexion.»

 

Avec Fading, c’est le crépuscule, ce moment qui marque la frontière imprécise entre le visible et l’invisible, qui devient le révélateur d’une nouvelle histoire. Une composante inédite, ici une maison, vient s’immiscer dans le paysage préexistant et le transforme. Fading montre ce que l’on ne peut pas voir, ce qui n’existe pas. C’est une fiction que chacun est libre de s’approprier.

Fading #1, première présentation publique de cette œuvre éphémère a eu lieu fin août 2013 dans le cadre du festival entre cour et jardins en Bourgogne.

Fading #2 est le deuxième volet de ce projet.

Sophie Laly, née en 1973, est réalisatrice et artiste vidéaste. Elle vit et travaille à Paris.
Sophie Laly développe ses activités dans le domaine de la danse contemporaine. Au cours de ses études, elle découvre la danse via le festival Nouvelles Scènes de Dijon et ne s’éloignera plus de cet univers. À la sortie des Beaux-Arts, elle devient projectionniste par goût du cinéma. Toujours très curieuse de ce qui se passe dans la danse, elle croise Daniel Larrieu, qui lui propose dès 1999 de filmer le spectacle Feutre. Elle abandonne alors la projection pour réaliser des films de danse.
À ce jour elle a plus d’une centaine de films à son actif, dont bon nombre sont présentés chaque année lors de Vidéodanse au Centre Pompidou. Depuis 2007, elle est en charge de la mémoire des Sujets à Vif (Festival d’Avignon) pour la SACD. À partir de 2004, elle collabore avec Emmanuelle Huynh, Rachid Ouramdane, Richad Siegal et Latifa Laâbissi.
En 2008, elle débute une collaboration artistique avec Christian Rizzo et co-signe à l’automne 2012 néo-fiction une pièce chorégraphique présentée à On the Boards (Seattle, États-Unis) et au Festival Automne en Normandie. Ce projet est l’occasion de revenir à l’une de ses formes de prédilection : l’installation vidéo et de faire se côtoyer danse, vidéo et musique live. Parallèlement à son implication dans le domaine de la danse, elle poursuit son travail de vidéaste en questionnant la notion d’espace-temps à travers le paysage. Plusieurs de ses œuvres ont déjà été récompensées : N/EVER (Entrainements 2004, association EDNA et Siemens Art Program), PA (prix Nokia Paris-Rome 2008 ; prix spécial qualité cinématographique festival LGBT Chéries-Chéris 2012), nous ne sommes pas fait partie de la programmation Fantômes et Vanités (commande de la cinémathèque de la danse, sous la direction de Christian Rizzo), Singel man (sélection section « Expérimental » du festival Côté court de Pantin en 2010).
En 2011, elle obtient la bourse Beaumarchais pour l’aide à l’écriture du scénario Après qui a été lu en mars 2013, lors du festival LA CLAIRIÈRE proposé par Fanny de Chaillé et Nadia Lauro au Centre Pompidou.
Au printemps 2013, elle réalise Des enfants, un film-documentaire commandité par Le Musée de la Danse sur les enfants du spectacle enfant de Boris Charmatz, qui sera présenté au festival Côté court de Pantin (du 14 au 21 juin 2014), dans la section «Panorama».